Gratitude autour de ma Carte Verte

English version here.

Aujourd’hui, j’ai reçu la Carte Verte que le gouvernement américain a décidé de m’accorder et m’envoyer, et je n’ai jamais ressenti autant de gratitude de toute ma vie.

Je suis reconnaissant pour le fait de pouvoir réellement construire une vie ici pour ma famille et moi-même sur le long terme ; je suis reconnaissant de ne plus avoir besoin d’un plan B pour me replier en Europe “au cas où quelque chose d’inattendu se passe”, ce que tous les immigrants temporaires font, je crois.

Je suis aussi reconnaissant d’être accepté sans condition dans le pays où ma petite fille est née. Même si les temps peuvent être durs ici aussi parfois, Vanessa et moi n’avons jamais été aussi heureux que depuis que nous sommes ici, et je suis très reconnaissant que nous soyons aussi gentiment invités à rester.

C’était un chemin de Carte Verte inhabituel, basé sur mes accomplissements professionnels passés au moment où il a été posté (début 2014) ; mais je sais avec certitude que je ne dois pas ces accomplissements uniquement à moi, donc la plus grosse partie de ma gratitude est dirigée vers les gens sans lesquels rien de tout ça n’aurait été possible.

Les gens exceptionnels que j’ai envie de remercier

Tout en haut de ma liste, je sais que je dois une gigantesque partie de la qualité de mon dossier à mon précédent employeur Clever Age, et sa culture de permissivité et de responsabilisation. Je n’aurais jamais tenu autant de rôles et de responsabilités, parlé à tellement d’événements, accompli tellement en juste quelques années, sans la culture d’action et de liberté globale qui est au coeur de la culture là-bas. Je sais que la quantité et la variété des responsabilités que j’ai eues sur une période aussi courte est aussi ce qui a le plus impressionné mon employeur actuel, et la raison principale pour laquelle j’ai obtenu le job.

Je me sens aussi très reconnaissant envers les quelques gens qui ont accepté de signer une lettre de référence pour mon dossier légal, qui ont été cruciales pour le rendre solide. Aucun d’entre eux n’était obligé de le faire, et ils ont tous pris de leur temps pour s’assurer de m’aider ; j’ai une énorme dette envers eux.
(Bien que j’aie une énorme envie de crier leur gentillesse sur tous les toits, je vais devoir me retenir de les lister ici, car je suis à peu près sûr que certains d’entre eux n’apprécieraient pas nécessairement l’attention.)

Bien évidemment, je me sens très reconnaissant envers l’avocat avec lequel j’ai travaillé pour pousser ce dossier. Bien sûr, les avocats ne sont pas gratuits, mais la valeur que Brian a fournie dépasse de loin tout argent que je pourrais posséder en une vie. Si vous avez l’intention d’immigrer aux US, prenez contact avec lui, je le recommande très chaudement ! Je suis aussi diantrement reconnaissant envers Sophie, qui m’a dirigé vers lui.

Aussi, une grande partie de la solidité de mon cas s’appuyait sur mes conférences à Paris Web, mon livre publié par Eyrolles et mon co-auteur Jérémy, ma conférence à Front Row, ma participation à Sud Web, mon article co-écrit pour Dev.Opera et ma co-auteur Sophie, mes articles dans Le Train de 13h37, etc… et je me sens énormément reconnaissant envers tous ces gens qui m’ont donné toutes ces opportunités. Il y aurait beaucoup de gens à remercier, donc je vous lance à tous un gros, chaleureux “merci général” !

Je suis aussi très reconnaissant pour mon employeur actuel, pour le fait de m’accorder autant de confiance au quotidien, et de rendre chaque jour fascinant. Travailler pour un leader a traditionnellement un rôle fort dans ce genre de dossier de Carte Verte ; mais dans mon cas, ça n’a théoriquement pas joué de rôle, puisque seuls les accomplissements ayant eu lieu avant le dépôt du dossier sont considérés, et je n’y étais pas encore à ce moment-là. Mais si l’agent de l’USCIS l’a remarqué quand même, je suis sûr que ça l’a influencé d’une certaine manière.

Enfin, je suis reconnaissant envers Zengularity et l’équipe prismic.io. Même si je sais que ce que j’y ai fait n’a pas eu de rôle critique dans la décision de l’USCIS de m’accorder la Carte Verte, ni dans la décision de mon employeur actuel de m’embaucher (je n’avais pas grand chose à montrer de mon travail là-bas), je sais avec certitude que le fait d’être géographiquement à l’intérieur des US a été un facteur fort dans les deux décisions ; et ils m’ont accordé une confiance suffisante pour m’envoyer ici pour aider à lancer leur produit.

Une pensée pour tous ceux qui luttent toujours

J’ai beaucoup d’empathie et de compassion pour tous ceux qui se battent toujours pour être autorisés à s’installer où ils le souhaitent, qu’ils y soient déjà sans être autorisés à s’installer, ou qu’ils ne soient pas autorisés à y être du tout. J’étais à leur place pendant longtemps jusqu’à récemment, et c’est une place très difficile à vivre. J’étais engagé au sujet de la réforme d’immigration US jusqu’à maintenant, publiquement fortement enthousiaste, et même si je m’en suis sorti, je peux vous assurer que mon engagement ne changera pas.

Avec cette nouvelle stabilité pour nous construire un vie solide, et aussi ma sublime petite fille Lila qui nous a rejoints en septembre, nous avons beaucoup de reconnaissance à exprimer lors du prochain Thanksgiving !

3 thoughts on “Gratitude autour de ma Carte Verte”

  1. Coucou
    (désolée pour la presque absence d’accents, le qwerty toussa)
    C’est assez fou de voir tout le chemin que tu as parcouru depuis qu’on s’est croises a cette conference a Lyon et que tu m’as donne ce petit coup de pouce qui m’a permis de travailler chez Clever Age.
    Je me retrouve dans ton article car je suis actuellement en attente de mon Visa de travail longue durée pour rester en Australie. Vu ce que tu dis, ca a l’air quand meme moins risque que les US, car j’ai eu la chance d’être sponsorisée par une entreprise, ce qui aide grandement a obtenir un Visa. Mais tout de meme, reste cette petite crainte de ne pas être autorisee a rester alors que je ne me vois plus retourner en Europe apres tout ce que j’ai deja vécu en Australie.
    Je suis ravie de voir que tu as enfin realise ton reve, dont tu parlais si passionnément il n’y a finalement pas si longtemps.
    A bientôt sur les internets.

    1. Hello !

      J’avoue que je compte les étapes très différentes que j’ai traversées ces dernières années, et j’hallucine de comme il a fallu que je m’adapte vite à chaque fois, et que le sol n’était jamais vraiment tangible. Dans la précipitation permanente, j’ai fait quelques conneries au passage, mais au final, j’arrive sur un sol tangible pour la première fois depuis des années, et j’avais presque oublié la sensation !! 😉

      Du coup, au lieu de lancer 50 pistes en même temps pour avancer, je vais pouvoir me poser un peu, et me concentrer à fond sur deux sujets : ma toute nouvelle famille, et mon job (bon, et un ou deux side-projects peut-être quand même) 😉

      Ça me fait plaisir de voir que ça avance aussi pour toi ! Même si je vois que tu y seras pas restée bien longtemps, j’espère que tu as aussi bien vécu Clever Age que moi à l’époque. 🙂
      Et je suis super content pour toi de voir que toi aussi tu explores le monde ! 🙂 Le meilleur conseil qu’il peut y avoir pour les gens comme toi et moi, c’est : n’arrêtons jamais d’explorer ! 🙂

      Je te souhaite plein de bonnes choses !

Comments are closed.