Category Archives: Web technologies

Coutourner élégamment Free Ad Block par un modèle freemium ?

Dear English-speaking readers: this post is from the time this blog was still dual-language French/English. Although it doesn’t deserve to be deleted, note that all new content will be in English.

1831-1841-logo-free-logo-free-1

Hier, la dernière farce du facétieux Xavier Niel était dévoilée au grand jour : tous les utilisateurs de Free ont maintenant les publicités en ligne bloquées par défaut, à condition qu’ils aient récemment mis à jour leur firmware.

Conséquence directe : si vous utilisez des sites gratuits financés par la publicité, sachez que ces sites risquent de passer très rapidement la clé sous la porte, si leur rentabilité chute d’un jour à l’autre de cette manière. Les solutions de blocage de publicité ne datent pas d’hier, mais jusqu’à présent, elles représentaient le choix conscient d’une minorité d’utilisateurs, le nouveau problème étant le fait qu’elle devienne mainstream, vu que tous les abonnés Free sont concernés par défaut (avec possibilité de désactiver l’option par une manipulation technique)

Pour rappel, une rumeur d’adblock intégré par défaut avait été avancée à la sortie de Google Chrome, qui avait déjà fait couler beaucoup d’encre virtuelle. La nouveauté ici est que Free, fidèle à ses habitudes, a tout fait dans le dos du reste du monde (vous avez Free ? sachez que vos problèmes pour lire les vidéos YouTube ne sont pas un hasard…) Continue reading Coutourner élégamment Free Ad Block par un modèle freemium ?

CMS? Framework? CMF? My head hurts!

One of the most puzzling nightmares for non-technical web deciders has to be the choice of the underlying technical solution; i’ve seen many of them sit there in meetings during the early stages of projects, waiting for the geeky talk to be over!

But even if you feel that web tech matters tend to fly a little over your head, you still might have heard the quite common question that often gets asked first (for most internet websites, at least): “Should we use a CMS or a framework on this one?” However, you might not fully understand what a CMS or a framework is technically speaking (which probably makes you fine leaving it to the tech people).
There even might have been that one time, when you heard about CMFs (Content Management Frameworks), and have felt very, very sad about it…

Well, do not panic, for here are my 2 cents to try to put some order into it for you!

Architecture?

Picture by Frits Ahlefeldt-Laurvig, CC BY-ND

A common metaphor used for web technical architectures is actual building architectures, and i’ve had the high point of it during Fabien Basmaison’s conference at Paris Web last year, which was entirely dedicated to that metaphor. I have to say, it does work in a lot of cases, mostly thanks to that clear cut between technical and non-technical skills and responsibilities, but in some cases it just doesn’t (try to explain data replication, or web services, other than with a very unimaginative neighbour who copies everything you own, or a limited double of the keys for your neighbour to come steal stuff!)

So, here’s the starting point: you want to build some building, and you know what you want, but you don’t know how that thing gets done. Continue reading CMS? Framework? CMF? My head hurts!

Du “lorem ipsum”, du sang, et des kitten placeholders : la grande déception du premier webdesigner de l’histoire

Dear English-speaking readers: this post is from the time this blog was still dual-language French/English. Although it doesn’t deserve to be deleted, note that all new content will be in English.

Le saviez-vous ? On retrace la naissance du lorem ipsum aux alentours du XVIe siècle…

Il était une fois…

Portrait d'un jeune homme de la RenaissanceDe Frank Kovalchek, CC-BY

Il était une fois, un jeune homme ambitieux et innovant, profitant avec enthousiasme des avancées scientifiques et culturelles qu’offrait son époque, que l’on appelait “la Renaissance”.
Ce jeune homme voyait loin : depuis près d’un siècle qu’un monsieur Gutenberg avait inventé l’imprimerie, et que les gens y voyaient l’occasion de ne profiter que des textes multipliés sur du papier, lui voyait une multitude de possibilités d’apporter au monde de la beauté littéraire, par une évolution de l’aspect esthétique de la présentation de ces textes.

Il n’avait pas de nom pour cette nouvelle discipline esthétique, mais abusons un peu, et, tout-à-fait aléatoirement, appelons-la “webdesign”.

Et il dessinait, et il imaginait, jour et nuit, la beauté de cet avenir excitant, où les textes seraient non seulement disponibles, mais en plus où il seraient beaux, ô tellement beaux !

Ce jeune homme n’était sans doute pas le seul à rêver de cet avenir, mais tous ses confrères se heurtaient également à un triste mur, dû à l’étroitesse du genre humain qui le rapproche si tristement de l’animal : montrez une banane joliment peinte à un babouin, et il la mangera. De la même manière, montrez un texte joliment mis-en-page à un humain, et horreur : il le lira !
Il y avait donc urgence : il fallait, impérativement, trouver un moyen de ne pas donner envie à l’utilisateur de lire le texte…

Et un jour, au beau milieu d’une nuit d’été agitée, ce jeune homme eut l’idée de génie qui changea la face du webdesign : il inventa le Lorem Ipsum !

Initialement, il ne s’agissait de rien de plus que d’un authentique texte en latin, originellement de Cicéron, auquel il a subtilement ajouté et supprimé des mots pour le rendre volontairement inintelligible. Tout ceci pour engendrer la réaction salvatrice : “Hum ! Mais je ne saurais supporter de lire ce texte ! Puisque c’est comme ça, je vais plutôt me concentrer sur ces belles couleurs et ces belles marges ! Hah !
Evidemment, ce coup de génie prendra un second sens, lorsque, événement inattendu, la langue latine perdra toute sa popularité, et que le texte initial en sera encore moins compréhensible pour les lecteurs d’aujourd’hui.

Continue reading Du “lorem ipsum”, du sang, et des kitten placeholders : la grande déception du premier webdesigner de l’histoire